Aller au contenu principal

Ecophyto : quelles actions pour réduire l’utilisation des produits phytosanitaires ?

Page mise à jour le 27/09/2016

Le plan Ecophyto vise à réduire progressivement l’utilisation des produits phytosanitaires tout en maintenant une agriculture économiquement performante. Initié en 2008, il a récemment fait l’objet d’une seconde version. Quelles sont les solutions à apporter dans le paysage environnemental actuel ?




Le plan Ecophyto 2 s’appuie sur les outils structurants mis en place par le premier plan Ecophyto. Il valorise auprès du plus grand nombre les techniques et systèmes performants qui ont fait leurs preuves chez certaines collectivités ou chez certains particuliers.


À ce titre, un guide pratique des solutions sur le plan Ecophyto vient notamment de paraître. Il est proposé par le Ministère de l’environnement, de l’énergie et de la Mer (MEDDE) et l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (Onema). Ce document encourage le développement et l’introduction de méthodes et de techniques de substitution et propose aux collectivités et aux citoyens un large panel d’outils pour les aider dans cette transition.


 



 


Au niveau des bassins français, de nombreux appels à projets sont également lancés. C’est notamment le cas en Rhin-Meuse et l’appel à projets pour la région Grand Est, en Seine-Normandie avec l’appel à projet « Réduisons l'utilisation des produits phytosanitaires » ou encore en Rhône-Méditerranée & Corse pour accompagner des groupes d'agriculteurs vers l'agro-écologie.


D’autres structures lancent également des initiatives relatives au plan Ecophyto. L’Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture (APCA) souhaite ainsi moderniser sa « boîte à outils des communications Ecophyto » diffusée depuis mars 2016. Afin de faire évoluer l'outil et de connaître son déploiement, un questionnaire en ligne a été mis à disposition.


Du côté de la recherche enfin, un appel à projet a été lancé pour les jardins, espaces végétalisés et infrastructures (JEVI). Il vise à susciter des projets de recherche et développement opérationnels et ciblés.


 


Pour aller plus loin :