Aller au contenu principal

Eaux pluviales

  •  

     

    Les eaux pluviales concernent tout type de précipitations (pluie, neige, grêle) intercepté par une surface artificielle (toiture, routes…) ou naturelle (arbre, sol…). Elles comprennent les eaux de toitures et les eaux de ruissellement.

     

    L’urbanisation s’accompagne d’une imperméabilisation des sols qui entraine une aggravation des phénomènes de ruissellement pouvant mener à des inondations. De plus, si les eaux pluviales reflètent la qualité de l’air, elles se chargent aussi en polluants (hydrocarbure, huile de moteur…) au contact des surfaces (axes routiers par exemple) sur lesquelles elles s’écoulent.

     

    La gestion des eaux pluviales répond principalement aux objectifs suivants :

     

    • au niveau quantitatif, éviter l’aggravation des phénomènes d’inondation, d’érosion et participer à la recharge des nappes ;

    • au niveau qualitatif, éviter la dégradation de la qualité des milieux récepteurs.





    •  
    •  
    •  

    Concernant l’enjeu quantitatif, l’infiltration des eaux pluviales est si possible privilégiée. Des retenues locales peuvent aussi être mises en place.

     

    Pour l’enjeu qualitatif, l’objectif est d’éviter les risques de pollutions accidentelles ou diffuses des eaux. Cela passe notamment par l’élaboration d’un schéma directeur d’assainissement et un suivi du réseau d’assainissement.

     

    La séparation des eaux pluviales et des eaux usées permet d'éviter une saturation du réseau d'assainissement lors d'épisodes pluvieux et de diminuer les impacts sur l'environnement (érosion accrue, pollution...).

     

     

     

     

       

    SAGE avec un enjeu lié aux eaux pluviales

     

     

     

     


    SAGE avec une règle liée aux eaux pluviales

La réglementation

Quelques documents de référence