Aller au contenu principal

La prévision à moyen et long terme de la demande en eau potable : bilan des méthodes et pratiques actuelles

Page mise à jour le 26/04/2019

La prévision à moyen et long terme de la demande en eau potable : bilan des méthodes et pratiques actuelles

Dans le cadre de la préparation des SDAGE ou l’élaboration de SAGE, il est nécessaire d’estimer quelle sera la demande en eau potable à venir, pour planifier au mieux la gestion de la ressource en eau. L’AFB a publié récemment un numéro de la collection « Comprendre pour agir » traitant de la prévision à moyen et long terme de la demande en eau potable. Ce document réalisé par le BRGM fait un bilan des méthodes et pratiques actuelles en France et à l’international.

 

Evolution de la population, des activités économiques, de l’aménagement du territoire ou encore impacts du changement climatique, autant de facteurs, parmi d’autres, qui influencent la demande en eau potable. Les exercices de prévision de la demande en eau potable sont utilisés dans les démarches de gestion des ressources en eau, comme les SAGE, afin de planifier la satisfaction des usages à long terme, tout en préservant les milieux. Quelles méthodes appliquer pour parvenir à ces prévisions ? L’AFB a publié un numéro de la collection « Comprendre pour agir » sur le sujet.

La première partie de cet ouvrage rédigé par le BRGM, présente les concepts et les éléments de méthode relatifs à la prévision de la demande en eau potable, notamment avec la prise en compte de l’incertitude.

La seconde partie est consacrée à la mise en œuvre opérationnelle des méthodes de prévision en France et dans d’autres pays (Etats-Unis, Angleterre, Allemagne et Canada). L’état des lieux des méthodes utilisées en France s’appuie sur l’analyse des schémas directeurs de petites collectivités dans l’Hérault, des schémas directeurs départementaux du bassin Loire Bretagne et de plusieurs études de type bilan ressources-besoin menées à l’échelle de métropoles : Grand Paris, agglomération Grenobloise, SAGE Nappes profondes de Gironde.

La dernière partie propose des bonnes pratiques à destination des acteurs impliqués dans les exercices de prévision de la demande en eau potable à long terme : amélioration de la connaissance de la demande actuelle, décomposition par secteurs, intégration de la planification urbaine, harmonisation des différentes échelles de prévision, implication des usagers, meilleure prise en compte de l’incertitude…