Sujet : PGRE - Tarification de l'eau et économies d'eau, un équilibre instable ?

3 réponses [Dernière contribution]
Anonyme
Forums
:
Etudes/Retours d'expérience.
Thèmes
:
Concertation, Eau potable, Gestion quantitative.

Bonjour à toutes et à tous,

Dans la perspective de l'élaboration du PGRE pour fin 2017, le Syndicat du Bassin * du Lez est en pleine phase de concertation. Après une séance plénière de Commission Thématique Gestion Quantitative, nous rencontrons en comité restreint chaque catégorie d'usage. Pour l'usage AEP * , une piste d'action pour générer des économies d'eau est de mettre en place un système de tarification progressive, ou socio-environnementale. Ce thème n'est pas neutre et nous souhaiterions bénéficier de retours d'expérience afin d'évaluer si une action sur les tarifs se répercute favorablement sur les consommations. Peut-être même que les fortes consommations rendent viable économiquement ce modèle, permettant aux collectivités d'investir sur des infrastructure économes.

Avez-vous des expériences sur la tarification de l'eau potable (ou éventuellement brute) à partager ?

Merci beaucoup !

Nom du contributeur:
Simon Bernard
Sylvain
Bonjour,la consommation

Bonjour,

La consommation d'eau des particuliers présente une faible élasticité. Passé un effet de vigilance, les foyers reviennent vite à des consommations standard. Ce constat peut varier selon la structure des foyers. Si le pavillonnaire est important, avec piscines, l'effet prix peut jouer... mais pousser à se reporter vers des forages individuels. Baisse de consommation AEP, mais pas de baisse de pression globale sur la ressource, voire même accentuation. En collectif, peu de variation. Les économies d'eau suite à des hausses de tarif proviennent surtout des industriels qui adaptent leur process ou ont recours à leurs prélèvements.

Le caractère social de la tarification progressive est souvent un leurre. Sans étude fine de la structure des usagers, qui permettrait de lier gros consommateurs domestiques et hauts revenus, on prend le risque de peser plus sur les plus pauvres. La consommation est indexée sur la taille du foyer, ce sont donc les familles nombreuses qui consomment le plus, pas forcément avec des consommations de confort qui peuvent être réduites. La famille nombreuse pauvre en logement social qui a une consommation de base incompressible payera plus cher que la famille riche peu nombreuse ou ayant recours à des ressources alternatives.

Le thème est à la mode, mais sns analyse fine, donc coûteuse, on peut rater sa cible et sociale et environnementale. Attention donc.

Sylvain

Marjorie GRIMALDI
Bonjour, on se pose les mêmes

Bonjour,

Nous nous posons les mêmes questions avec quelques éléments de réponse (formation auprès des élus et techniciens sur la tarification de l'eau, retours d'expérience de certaines collectivités, etc.). La question étant complexe, le mieux étant d'en discuter de vive voix, je vous invite à me contacter par téléphone : 04.90.04.42.29.

Marjorie GRIMALDI, Parc Naturel Régional du Luberon.

Patrick EISENBEIS
Bonjour,La tarification

Bonjour,

La tarification progressive peut avoir un impact sur les économies d'eau (mais cela reste à prouver vu la faible élasticité du prix), par contre elle n'a en effet aucun rôle social. C'est même l'inverse pour les familles nombreuses. Pour la tarification sociale, vous pouvez vous référer aux expérimentations de la loi Brottes (16 avril 2013) réalisées par plusieurs collectivités françaises (Chéque-Eau, prise en compte du nombre d'habitants du foyer, des revenus,...). De même la tarification progressive peut désavantager certains gros consommateurs avec compteur collectif comme... les bailleurs sociaux (sauf si on tient compte du nombre de logements).

Vous pouvez également vous référer aux travaux de Bernard Barraqué sur le sujet.

A votre disposition pour échanger sur le sujet.

Cordialement

Patrick Eisenbeis

▲ Haut de page